•  




     

     

     

  •                              A bientôt.


    43 commentaires
  •  ~~ En pause ~~

     

    En pause pour 3 semaines.

    Entre temps

    Je vous souhaite

    Un très joyeux NOEL 2016

    Et dans  le bonheur une exelente

    ANNEE 2017 .

     

    Au 8 janvier nous nous retrouverons.

    Je vous embrasse toutes et tous.

    Marielle.

     ~~ En pause ~~


    30 commentaires
  •  

     

     

    Pareille au clapotis des barques enchainées,

    Gémit, pleure et s’éteint comme un brasier mouillé

    Par la rage du ciel et son gravier d’outrages.

     

     Les lavoirs de soleil et leurs lourds sarcophages

    Ruissellent de tumeurs aux couleurs bigarrées,

    Comme si leur destin se tissait sous les dès

    De gouttes détachées d’un suaire sauvage.

     

     Seule, morne et feutrée, une cloche d’airain

    Sonne un glas parfumé d’une douce beauté

    Dont le silence boit la mélodie sans fin.

     

     Or la vigne endurcie, comme un oratorio,

    Fugue le long de mots brillants de nouveauté,

    Que ce poème joue sur un pas d’adagio.

     

     Francis Etienne SICARD, Odalisques, 1975

     

     

     

     

     


    17 commentaires
  •  

    images--seul-en-plaine-jpg

     

    Il passait tout là-bas, au fond des solitudes,

    Sur la plaine infinie des souvenirs anciens,

    Des vents qui frissonnaient comme tremble un vieux chien

    Lorsque son maître meurt, pétri de lassitude.

     

    Sur la plaine infinie où nul vieux musicien

    Ne passe plus jamais chanter les quiétudes,

    Les bonheurs épicés de joies, de certitudes

    Les vents pleuraient tout bas des souvenirs anciens.

     

    Sur la plaine infinie, morne plaine d'herbage,

    Où nul havre ne borde un quelconque rivage,

    Sur la plaine infinie, lisse comme un néant,

     

    Un vieil homme est parti, claudiquant sur sa canne,

    Penché vers le soleil qui se meurt au couchant,

    Et les vents ont noyé ses pas dans les savanes...

     

    Alain Gurly


    20 commentaires
  •  

     

    Automne.jpg

     

     

     

    Lorsque le vent du soir fait gémir les vieux arbres

    Qui se penchent tremblants sur les sentiers déserts

    Et quand le jet d’eau pleure en la vasque de marbre,

    La nuit s’en vient vers moi pour me chanter des airs.

     

    Elle a peur de rester dans le jardin d’automne

    Ou de marcher dessus les feuilles du tilleul,

    Et pour passer le temps pénible et monotone

    Elle tâche de voir si je suis vraiment seul.

     

    J’entends ses petits pas près des portes dallées

    Et vois cligner ses yeux dans le fond du jardin ;

    Son écharpe d’argent glisse par les allées :

    Elle voudrait venir près de moi, c’est certain.

     

    Alors, n’en pouvant plus, j’entr’ouvre la fenêtre :

    Elle avance à pas lents en dessous du balcon,

    Et je sens son soupir frileux qui me pénètre

    Et sa main caressante à l’entour de mon front.

     

    Car elle sait combien sa présence m’enchante :

    Si je n’étais pas seul je ne la verrais pas,

    Et n’entendrais jamais sa complainte touchante

    Habile, au fond du cœur, à l’infiltrer tout bas.

     

    Et nous restons ainsi, très longtemps, solitaires,

    À nous dire à mi-voix notre songe secret ;

    Mais qui pourrait jamais savoir le rythme austère

    Du monde, que la Nuit ne livre qu’à regret.

     

    Jean Kobs

     


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique