• Tempete

     

     

    Météo tu dérailles, tu nous trahis.
    Es-tu complice du Stromboli,
    Des catastrophes à l'infini,
    Des éléments qui se déchainent,
    D'un bout à l'autre de la chaine ?

     

    Tu nous étrangles, tu nous noies,
    En ce début d'année deux mille trois . . .
    A peine le sud-ouest épongé,
    Nous voilà englué à bâbord,
    Par une cargaison "Prestige", c'est trop fort !

     

    Brutalement c'est le pôle nord à Paris,
    Et tout notre "Midi" . . . en Sibérie !

     

    Marielle

    ( N° 25 De "Au rythme des coeurs et. . . " )

    ~~ L'hiver en 2003 ~~ de Marielle

    Avec mes souhaits de réconfort aux sinistrés des inondations

    de juin 2016. Marielle

     


    11 commentaires
  •  

    ~~ Les coffrets de grand-maman ~~ de Marielle.

     

     

    Un coffret au ruban de satin,
    Au fond de l'armoire en sapin,
    Gansé de velours vert et de soie.
    Lettres roses, d'amour et de joie,
    Si pudiques secrets d'autrefois,
    Que l'on effleure pieusement du doigt.

    Et l'écrin capitonné de bleu ...
    Dis nous Mamie, l'hitoire exitante
    Des jolies parure scintillante ?
    Et cette autre tout au fond ...en bleu,
    Avec un si joli petit caillou,
    Souvenir de ton premier rendez-vous ?

    Et la petite "croix de Lorraine",
    Des jours de joie, des jours de peine !
    Tes yeux sourient devant ce rubis ?
    Dans ton coeurtant d'émoi je devine,
    Devant ce collier de perles fines ...
    Prête-le moi dis, sur ma robe d'organdi ?

    Marielle.

     

    ~~ Les coffrets de grand-maman ~~ de Marielle.


    ( N°33 du recueil "Au fil du temps")


    10 commentaires
  • Les souvenirs tristes font partis de  nous

    et chacun, hélas, un jour peut les vivre.  

     

    Dans sursaut vie,

    Tu décides un voyage.

    Je m'en inquiète, mais tu nies
    Le mal que trahis ton visage.

    Pour un petit séjour de rien,
    Changer d'air nous fera du bien
    A tous les deux. Tu me vois si pâle
    Dis-tu ? Las ! j'entends surtout ton râle !

    Toi qui ne reculais devant rien,
    Fuyais-tu l'implacable destin ?
    Oui, tu cherchais une sortie,
    Tout n'étant plus que parodie.

    Tu me laissais faire les réservations,
    Préparer les valises, les cartons,
    Mettre les potions, les piqûres ...
    Faire réviser la voiture....

    Tous les bagages sont restés là ...béants,
    De larmes amères je les arrose,
    En ressortant la chemise rose,
    Que tu souhaites pour partir ...vers le néant


    Marielle

    ( Poème n°3 du recueil "Ma confidente, mon étoile" 1989/90 )

     

    ~~La chemise rose ~~  de Marielle.

     


    17 commentaires
  •  

    Dans l'aube claire du jour nouveau,
    Ils sont là-haut sur le plateau.
    Du ciel, sur la toile à peine rosée,
    Se découpe leur silhouette grisée.

    Dans l'herbe tendre, sur le plateau,
    Ils paissent, tranquilles, les deux chevaux.
    De leur nasaux, dans la rosée du pacage,
    S'élève de temps en temps, un léger nuage.

    Mais le ciel rougeoie sur le plateau,
    Lentement s'éloignent puis s'évanouissent les chevaux.
    Derrière l'écran de l'horizon en feu,
    Vont chercher l'ombre vers d'autres lieux

    "Pastel" fugitif dans le jour nouveau,
    Un instant j'ai cru voir un "Corot".
    Au bout de mes doigts restent ces quelqes mots,
    Et l'aube pourpre et nue sur le plateau.

    Marielle

     

    ~~ L'aube sur le plateau ~~ de Marielle.

     

     


    (Poème n°14 du recueil "Au fil du temps volent mes pensées")


    11 commentaires
  •   ~~ Comme toi ~~ de Jean-Jacques Goldman.



    Elle avait les yeux clairs et la robe en velours
    À côté de sa mère et la famille autour
    Elle pose un peu distraite au doux soleil de la fin du jour
    La photo n'est pas bonne mais l'on peut y voir
    Le bonheur en personne et la douceur d'un soir
    Elle aimait la musique surtout Schumann et puis Mozart

     

    Comme toi comme toi comme toi comme toi
    Comme toi comme toi comme toi comme toi
    Comme toi que je regarde tout bas
    Comme toi qui dort en rêvant à quoi
    Comme toi comme toi comme toi comme toi

     

    Elle allait à l'école au village d'en bas
    Elle apprenait les livres elle apprenait les lois
    Elle chantait les grenouilles et les princesses qui dorment au bois
    Elle aimait sa poupée elle aimait ses amis
    Surtout Ruth et Anna et surtout Jérémie
    Et ils se marieraient un jour peut-être à Varsovie

     

    Elle s'appelait Sarah elle n'avait pas huit ans
    Sa vie c'était douceur rêves et nuages blancs
    Mais d'autres gens en avaient décidé autrement
    Elle avait tes yeux clairs et elle avait ton âge
    C'était une petite fille sans histoire et très sage
    Mais elle n'est pas née comme toi ici et maintenant
     

    Comme toi comme toi comme toi comme toi
    Comme toi comme toi comme toi comme toi
    Comme toi que je regarde tout bas
    Comme toi qui dort en rêvant à quoi
    Comme toi comme toi comme toi comme toi.

    Jean-Jacques Goldman

     

      ~~ Comme toi ~~ de Jean-Jacques Goldman.


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique