• ~~ Souvenirs ~~ de Klen Kerguelen

     

     ~~  Souvenirs ~~

     

     

    Peut-on ne plus penser à son pays natal

    Et pourrais-je oublier dans l’île enchanteresse

    Le paradis perdu que l’océan caresse

    Et qui dort nonchalant sous le soleil brutal

     

    De mon petit village un jour c’était fatal

    Je quittai pour longtemps la douceur charmeresse

    Mais il suffit d’un rien pour qu’il réapparaisse

    Dans la baie où se joue une eau de pur cristal

     

    Car le jour où mes yeux dans une humble chaumière

    Où mes yeux éblouis s’ouvraient à la lumière

    Pour lui battait déjà mon cœur sentimental

     

    On a beau se griser d’une terre adoptive

    Y trouver un attrait qui entraîne et captive

    Peut-on ne plus penser à son pays natal

     

    Klen KERGUELEN (guadeloupéen)

    Contes des sept îles

     

     

     

     ~~  Souvenirs ~~

     

    « ~~ Sous la Grande terreur ~~ de F E. Sicard lundquist ~~ Le piton des neiges ~~ de A. Lacaussade »

  • Commentaires

    8
    Jeudi 6 Mars 2014 à 20:19

    Je suis toujours restée dans "mon pays" dans ma ville mais je peux comprendre cette nostalgie...Gros bisous du soir de Mireille du Sablon

    7
    Jeudi 6 Mars 2014 à 19:33

     

     

               

     

    Ce très beau poème me parle et parle de moi, de mon ressenti de vivre en Lorraine alors que je suis né au bord du lagon de Nouvelle Calédonie. Merci Marielle pour ce superbe , sublime écrit.

    Bonne soirée, @mitié de Metz où les journées sont radieuses. Je t'embrasse avec affection.

    Merci pour ton commentaire sous la nouvelle série des photos des gros plans de Metz.

    On a beau se griser d’une terre adoptive
    Ce que je fais depuis que je vis à Metz.

    Y trouver un attrait qui entraîne et captive
    Je que je vis tout les jours de ma vie ici.

     

    Peut-on ne plus penser à son pays natal
    Non, car je le fais chaque jour, chaque nuit.

    6
    Lorraine
    Jeudi 6 Mars 2014 à 18:59

    le pays natal, je crois qu'on l'a dans le sang. Et ce poème dit bien l'attachement qui poursuit les émigrants et leur nostalgie.

    Merci pour ce beau partage, bisous,

     

    Lorraine

    5
    Jeudi 6 Mars 2014 à 17:42

    Bonsoir MArielle ! j'ai quitté ma gironde 3 ans pour le sud mais il m'a fallu revenir à mes racines !!! bonne soirée bisous !

    4
    Jeudi 6 Mars 2014 à 16:36

    je crois que nous ne pouvons pas oublier nos racines nous y avons laissé tant de souvenirs

    3
    Jeudi 6 Mars 2014 à 13:33

    Bonjour Marielle

    Non je ne crois pas que l'on puisse oublier ses racines où que l'on soit... l'herbe n'est pas forcément plus verte ailleurs... Merci pour ce beau poème.

    Gros bisous et belle journée

    Chronique

    2
    Jeudi 6 Mars 2014 à 11:27

    coucou Marielle,

    il fait un temps superbe 14-15 les après midis

    hier je suis allée me promener toute la journée au bois et parc floral de Paris à coté de chez moi avec mes petits enfants pour m'aérer la tête.....j'espère que tu peux en proviter aussi....les petites fleurs poussent......

    gros bisoussssssssssssssss

    http://25.media.tumblr.com/tumblr_m5vn146v6m1r4zr2vo1_r1_500.gif

     

    1
    Jeudi 6 Mars 2014 à 08:14

    Je pense que non, là son ses racines alors qu'importe le lieu enchanteur ailleurs, le coeur lui a emporté son pays.... Merci Marielle, bises de jill

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :